“Connaît-toi toi-même, Connaît en toi l’animal.”

"Connaît-toi toi-même, Connaît en toi l'animal."

Par Quil

J’ai besoin de trouver un juste milieu.

Il est plus facile de le trouver dans une existence humaine que dans celle d’un félin/humain. Je n’envie pas les idiots qui s’écrient “Oh! Je suis une panthère!”, leurs peines une fois qu’il réalisent qu’ils ne sont pas des léopards — s’imaginer qu’ils sont félins leur donnent des excuses extraordinaires pour justifier leur médiocrité. Pendant ce temps je suis assis ici en étant un félin.

J’essaie de faire de mon existence de thérianthrope une bonne chose, et c’est pourquoi je ne cesse d’exploiter l’animal plutôt que l’accepter, passer à autre chose et ne pas écrire à ce sujet. Je veux y planter mes crocs. Je veux en faire un don pour moi-même plutôt que le chat de Schrödinger (ok, bête jeu de mots) que cela a tendance à devenir. Il y a cette attitude, “oh mais ce n’est PAS spécial” en réaction aux fluffies*, ce qui est assez compréhensible, mais cela ne marche pas. S’intéresser à quelque chose est différent de s’imaginer que cela te rend spécialeuh (sic).

Chercher à en apprendre davantage n’est pas non plus une preuve de narcissisme. Je veux dire, ça peut l’être, mais ce n’est pas une mauvaise chose que de s’intéresser à la thérianthropie juste parce que tu es un were. Ce serait comme dire que les anthropologues sont trop égocentriques puisque que ce sont des humains étudiant les humains.

Là où je veux en venir c’est que: la thérianthropie n’est pas une part de toi plus importante que ne le sont tes yeux ou tes compétences aux mots-croisés, mais c’est un phénomène qui peut et devrait être étudié de plus près, pas ignoré ni glorifié. C’est juste toi. Tu devrais t’intéresser à toi-même, ton entourage, les merveilleuses et subtiles manières dont ton esprit fonctionne. Intéressé, pas obsédé. Un juste milieu. “Connaît-toi toi-même avant de chercher à connaître le monde”, ou ce genre de proverbes.

L’intérêt c’est d’être heureux; ce que tu penses n’a aucune importance tant que tu ne nuis à personne. D’un autre côté, les personnes qui ne sont pas des thérians et ne savent rien sur elles-mêmes “nuisent” VRAIMENT à quelqu’un, bien que la formulation soit grossière. Ils sont irrespectueux de l’animalité et se foutent même peut être en l’air. Et ils ne se connaissent pas.

Les gens on besoin d’une bonne image d’eux-même, une bonne assise, quelque chose qui les fixe en retour dans une glace. Ces gens prennent confiance en eux, et conséquemment le doute ne les déstabilise pas, leur laissant la possibilité d’être un humain, animal et ami décent.

Mais c’est si difficile quand les gens ne veulent pas le faire. Même sous des apparences de soulsearch (introspection), la cause perdue. J’en ai marre de cet examen de conscience. Trouver qui et ce que tu es ne veut pas dire que tu restes assis à méditer profondément, ça veut dire que tu observes la manière dont tu fonctionne dans le monde. Actif plutôt que passif. Devinez quoi, les souls searchers — vous restez ASSIS SUR VOTRE CUL. Allez prendre l’air frais. Allez courir dehors. Enlevez ces cristaux guérisseurs de votre front, recrachez les potions magiques aux herbes, et AGISSEZ. Rester posé là te rend peut être heureux un moment, avec ton air hébété, mais ce qui compte c’est être. Etre un animal, le bonheur, la douleur, tout ce que l’univers te balance à la figure. C’est ça être heureux.

J’adore les félins, merde. J’aime être un félin. C’est tout un monde, hein? Mes pattes mes griffes et ma queue. C’est ce qui compte pour moi. Etre un félin. Je ne sais pas ce que c’est que de ne pas en être un; c’est assez intense, vraiment, et ça a besoin de bouger et se connaître. Le félin sait où est ta place.

La réalité au travers des verres du léopard. Je veux que personne ne vienne empoisonner ça en se déclarant léopard quand ils ne le sont pas. Je veux qu’ils examinent ça de plus près. Est-ce égoïste? Bien sûr. Est-ce une réaction légitime? Oui, je le pense. La thérianthropie n’est pas une chose cool, ni affreuse, et ce n’est pas un présent emballé dans du papier cadeau avec un ruban. Ce n’est pas une bombe. C’est ce que tu en fais, et si ce n’est pas là tu ne peux PAS en faire quoi que ce soit; c’est moi et à moi, c’est une part réelle de qui je suis, et je ne veux pas qu’on en diminue la valeur.

En même temps je ne souhaite pas coller l’étiquette “Tu n’es pas réel” sur le dos de quelqu’un.

Je dois trouver un juste milieu.

 

*Fluffy bunny: littéralement, “lapin pelucheux”. Ce terme dérogatoire fait référence aux individus très naïfs ou ayant des croyances ridicules similaires aux stéréotypes new age et autres théories rocambolesques. Ces personnes peuvent être des poseurs – des affabulateurs se faisant passer pour ce qu’ils ne sont pas – ou peuvent simplement être très mal informés et superficiels dans leur conception de la thérianthropie. Parmi les différents “fluffy bunnies” que l’on peut croiser, nombreux sont ceux qui ont une vision romancée et utopiste de la nature poussée à son paroxisme, mais l’on croise aussi des individus dont la définition de thérianthropie sortirait plus d’un manuel de jeu de rôle fantastique de mauvais goùt que d’un épisode de Mon Petit Poney. Tous sont considérés comme “fluffy”, et tous provoquent l’agacement général chez les thérians sérieux.