Les humains en tant qu’êtres inférieurs

Les humains en tant qu'êtres inférieurs

Par Keller

Mettons les choses au clair: le mot “humain” n’est pas une insulte, et ne devrait donc pas être utilisé ainsi. Froncer votre petit museau délicat et ricaner en crachant “humain” à la figure de quelqu’un quand il n’est pas d’accord avec vous, ou quand il refuse d’accepter vos petites idées romancées sur “c’était mieux quand nous ne faisions qu’un avec la Nature”, me fera, moi et quiconque ayant encore la moitié d’un cerveau, rire au nez et vous mettre à l’index en tant que personne qui 1) n’a jamais grandi, et 2) utilise leur thérianthropie pour se placer au dessus de ceux qui se comportent d’une manière qu’ils n’apprécient pas.

Essayez un peu de réfléchir logiquement un moment là (et je sais que c’est beaucoup demander pour certains d’entre vous): vous êtes assis là à vous plaindre de oh combien l’humanité est mauvaise, comment elle marche contre ou en dehors de la nature, comment il fut un temps où la vie était simple et nous vivions purement dans les champs, pendant que vous êtes assis là devant votre ordinateur hors de prix, utilisant un média de communication de masse (Internet), et que vous bénéficiez d’une pléthore d’autres avancées technologiques.

Si vous voulez revenir en arrière, alors pourquoi vous ne le faites pas, bordel? Sérieusement, qu’est-ce qui vous arrête? Et ne me racontez pas ces conneries de “ce n’est pas commode” ou “j’ai des responsabilités sociales”; ce sont des choses que vous détestez, non? Je veux dire, elles sont le produit de cette société humaine, alors combattez le système, les gens! Secouez les chaînes de l’humanité, donnez vos possessions à ceux qui en ont besoin, et partez pour une quelconque île déserte ou forêt vierge où vous pourrez “ne faire qu’un avec l’Authentique Connexion” à la nature, ou quelle que soit la merde que vous imaginez que les humains primitifs faisaient.

Ce que je veux dire? Vous n’êtes que des hypocrites, et vous m’énervez VRAIMENT.

Maintenant, voyons ça sous un autre angle (mais toujours en utilisant cette chose qu’on appelle “logique”, les gens!); le genre de personnes qui balance les conneries ci-dessus, s’angoissant frénétiquement sur combien ils “perçoivent” profondément et sont en “deuil”, tendent aussi à en faire trois tonnes sur les bénéfices que la thérianthropie leur aurait octroyés. N’oubliez vous pas, mes amis simplets, qu’une grande part du fait d’être un “thérianthrope” est d’être humain? Choquant, n’est-ce pas?

Oh, mais bien sûr, vous êtes probablement déjà en train de pleurnicher sur des tons désespérés que “vous préfèreriez ETRE un animal!” Eh bien, vraiment, je ne partage pas cet avis. Je veux dire, combien de loups/pumas/tigres se font de vieux os? Combien seulement parviennent à l’âge adulte? TRES peu, les gens, très peu. Et avant même que vous ne commenciez à rejeter la faute sur l’humanité, la plus grande cause de mortalité animale en Afrique, par exemple, vient des autres animaux. Encore, c’est vraiment incroyable non? Est-ce qu’à ce stade votre univers est en train de s’effondrer sous vos yeux?

L’humanité est peut être capable d’actes suprêmement atroces (et je ne vais pas nier cela) mais le fait que nous soyions capables de savoir ces actes atroces est réellement unique. Les animaux sauvages n’ont pas de morale; nous en avons une, et pouvoir choisir d’agir ou non en conséquence signifie aussi que nous sommes complètement libres. Nous ne sommes pas autant gouvernés par nos instincts que nos cousins sauvages, et c’est à la fois un avantage et une bénédiction. Cela signifie que nous sommes responsables; chacun de nous, y compris vous, les branleurs névrosés. Si votre façon de faire face aux horreurs de ce monde est de vous déconnecter de l’humanité et d’utiliser le mot “humain” comme une insulte, alors vous avez fait le mauvais choix et, très sincèrement, vous êtes faibles.

Un loup de hait pas.

Un léopard ne porte pas le deuil pour les autres.

Mais VOUS si.

Comment ne pas voir la beauté et magie là-dedans?