La Claque

La Claque

Par Quil

“Je suis un animal,” dit le thérian invisible avec entêtement. “J’ai fait mes devoirs et j’y ai réfléchi pendant des mois et des mois! Et maintenant je sais vraiment! Je suis un pigeon.”

Vraiment. Bien.

D’après mon expérience, si tu n’es pas tout à fait humain, ce fait a tendance à te sauter à la figure à tôt ou tard. Tu es assis là, ou peut être en train de rêver, ou peut être une remarque banale de quelqu’un se détache des autres à tes yeux. Et tu ouvres les yeux et cligne des paupières et réalise ensuite que c’est tout à fait logique. Tu es un animal, et tu laisses ce fait derrière toi, dans les histoires de famille, les pensées étranges et les jeux de faire-semblant. C’est comme si ta thérianthropie avait bondit hors de sa cachette, avait couvert tes yeux et avait crié à tue-tête “Devine qui c’est!” — mais cela faisait des années que c’était là, sur ta piste, et faisant occasionnellement un commentaire sarcastique.

Tu réalise que tu es un animal, et ensuite tu te retrouves online. Ensuite tu trouves les lexiques et les gourous et scènes de scandale. Si ce veau d’or, le mot en T, n’avait jamais été inventé — les personnes animales existeraient toujours. La prise de conscience de ton animalité n’a pas à se produire en même temps que la découverte de la sous-culture thérianthrope.

Tu me laisse répéter ça?

 La prise de conscience de ton animalité n’a pas à se produire en même temps que la découverte de la sous-culture thérianthrope.

En fait, si tu n’as réalisé que tu étais un animal qu’après avoir entendu le terme seulement, tu as des réflexions supplémentaires à mener. Comprends moi bien — si la découverte de la scène online s’est effectuée exactement quand l’animal t’es tombé dessus, ça ne me pose pas de problème. L’ennui c’est que tu t’es laissé influencer. C’est la même chose que lorsqu’un ami thérian fait son coming out à un humain standard. Cet humain normal pourrait penser, “Mh, cette histoire de thérianthropie est géniale. Ouai, j’agis un peu comme ça. Ouai, je suis un thérian”. D’un autre côté, la véritable personne animale (ça a l’air dogmatique, hein? Et subjectif. Eh.) réalise qu’il est un animal, et ensuite tombe par hasard sur la thérianthropie et se rend compte qu’il y a des tonnes d’autres animaux ailleurs.

Bien sûr cette réalisation n’a pas toujours à être ENOOORME. Au lieu de cela, c’est plutôt un instant ou une série de moments où ta ressemblance à un animal devient claire. Et oui, cela se produit forcément. Tu as toujours été un thérianthrope, pas vrai? Alors pourquoi ne l’as-tu remarqué pour la première fois que lorsque tu as plongé dans le Web? Allez quoi.